14.02.2019 | Bettina Vogel

Grâce à sa motivation, elle a fondu

Le programme mycoach a permis à Andrea A.* de perdre 25 kilos. Par esprit de responsabilité? Plutôt par motivation et par amour de la cuisine.

Oui, je crois que l’on peut parler de succès», affirme Andrea A.* Elle a réussi ce dont beaucoup rêvent: elle a pu perdre 25 kilos grâce au programme mycoach, passant ainsi de 100 à 75 kilos. Au fil des ans, la sexagénaire n’avait cessé de prendre du poids. Elle plonge dans ses souvenirs: «Cela ne m’avait pas vraiment dérangé, je ne m’étais pas vraiment rendu compte. Je me contentais de commander des pantalons une taille au-dessus.» Puis un jour, trois chiffres se sont affichés sur la balance: 100 kilos. «J’ai compris en un instant que j’avais atteint le seuil critique et que je devais agir.» Andrea A. est alors tombée par hasard sur mycoach, le programme nutritionnel de la CSS.

De manière douce et durable

mycoach propose de nombreuses recettes délicieuses. «Comme j’aime faire la cuisine, il m’a été facile de suivre le programme. J’ai appris plein de nouvelles recettes et découvert des aliments dont je n’avais jamais entendu parler, comme certains fruits à coque.»Il a fallu du temps pour faire fondre les kilos, mais la perte de poids était régulière. J’ai ainsi perdu 25 kilos. «Les gens qui entendent cela se disent que mycoach est une solution miracle.» Or, ce n’est pas le cas. Mais il s’agit bien d’un programme sain et complexe reposant sur une philosophie mûrement réfléchie. «L’une de mes collègues a par exemple perdu moins de poids que moi», affirme Andrea A. «Même si le programme m’a beaucoup aidée, cela ne veut pas dire qu’il marchera aussi bien pour une autre personne.»

Un bénéfice sur toute la ligne

Andrea A. est heureuse d’avoir participé à mycoach. «En ce qui me concerne, j’y ai gagné sur tous les tableaux: je monte les escaliers plus facilement, je me sens mieux dans ma peau et je peux enfin recommencer à acheter des vêtements dont les tailles sont disponibles en boutique. Les réactions de mon entourage ont toutes été très positives.»De plus, grâce à sa perte de poids, Andrea A. a pu arrêter progressivement de prendre ses médicaments contre la tension artérielle, un traitement qu’elle avait suivi pendant des années. Seules les douleurs qu’elle ressent dans les genoux, dues à l’arthrose, ont persisté, mais les médecins n’excluent pas que cela change. «Ne serait-ce que pour cette raison, il est clair à mes yeux que si c’était à refaire, je ne laisserais plus jamais les choses évoluer ainsi», affirme Andrea A. un brin autocritique.

Même si Andrea A. a perdu 25 kilos, elle n’aime pas parler de responsabilité individuelle, qui lui inspire le fait d’agir avec détermination et de se montrer rigoureux envers soi-même. Et cela ne lui correspond pas vraiment. «J’ai plutôt agi sur une base volontaire, par motivation personnelle, pour moi et moi seule, sans avoir parié avec quiconque que je réussirais.» De manière générale, elle a horreur des programmes de perte de poids avec contrôle et suivi, voire contrainte collective.

*Le nom a été modifié par la rédaction.

Une incitation bien perçue

Les participants se voient rembourser 75% des frais du programme mycoach par la CSS s’ils atteignent leur objectif de poids. La Dre Isabelle Rottmann, directrice de mycoach, affirme d’expérience que cette incitation financière basée sur le succès est plutôt appréciée. Il est important que les participants bénéficient d’un accompagnement suffisant, surtout au début. Différentes études réalisées en Allemagne attestent d’une satisfaction plus grande et de meilleurs résultats pour les participants à des programmes de soins aux malades chroniques qui sont plus exigeants mais offrent une aide supplémentaire pour atteindre les objectifs.

mycoach

Andrea A.

habite dans le Fricktal (AG) et travaille comme assistante dans le domaine informatique.

Commentaires