18.02.2020 | Par Lukas Kauer et Christian Schmid

Le pilotage des patients par la personnalisation

Un assureur-maladie peut-il guider ses clients vers certains fournisseurs de prestations? Et les clients réagissent-ils mieux aux informations personnalisées? Une étude randomisée fournit des réponses.

Le marché suisse de la santé se caractérise par sa grande complexité et l’obligation de contracter dans l’assurance de base. Pour en augmenter l’efficacité, l’assureur peut essayer de guider ses clients vers certains prestataires. Cela diminue d’une part la complexité du point de vue du client, qui peut se limiter à une sélection de prestataires. L’assureur peut d’autre part sélectionner les meilleurs prestataires en termes de qualité ou de coûts. Il faut néanmoins que les clients se laissent effectivement guider. Notre étude s’est penchée sur cette question au moyen de la vaccination contre la grippe en pharmacie.

De façon aléatoire, nous avons sélectionné des assurés puis les avons répartis en trois groupes. Nous avons envoyé au premier groupe une lettre expliquant qu’il était possible de se faire vacciner contre la grippe à la pharmacie. Le deuxième groupe a reçu la même lettre, mais qui mentionnait en plus la pharmacie proposant la vaccination. Pour déterminer cette pharmacie, nous avons calculé le trajet le plus court en transports publics entre celle-ci et l’adresse de l’assuré. Le troisième groupe n’a pas reçu de lettre.

Pour celui-ci, un taux de vaccination de 10,19% a été enregistré (chez le médecin ou en pharmacie). Cette valeur a constitué le point de départ de nos analyses. Si l’on considère le groupe ayant reçu une lettre sans indication de la pharmacie, le taux de vaccination a été de 1,97 point de pourcentage supérieur, soit de 12,16%. Le taux de vaccination le plus élevé (13,44%) a toutefois été enregistré dans le groupe avec indication d’une pharmacie. Autrement dit, la version personnalisée de la lettre a encore augmenté le taux de vaccination de 1,28 point de pourcentage. En résumé: si l’on envoie 100 lettres sans indication de la pharmacie, il en résulte deux vaccinations supplémentaires. Pour 100 lettres avec indication précise de la pharmacie, ce sont plus de trois vaccinations supplémentaires. Nous avons en outre pu montrer que les clients se rendent effectivement dans la pharmacie indiquée, même s’il y en a une plus proche au moment de la vaccination. Globalement, on peut donc observer que les informations personnalisées donnent lieu à un pilotage plus efficace des patients.



Lukas Kauer, PhD, et le PD Dr Christian Schmid sont collaborateurs scientifiques au CSS Institut de recherche empirique en économie de la santé et chargés de cours à l’Université de Lucerne. Lukas Kauer enseigne par ailleurs à l’Université de Zurich et dans les HES de Zurich et Berne et Christian Schmid est aussi enseignant privé à l’Université de Berne. Les auteurs sont volontiers disposés à fournir des renseignements sur l’étude en cours, qui n’a pas été publiée.

Commentaires